Martin Hisrch veut-il faire travailler les moins de 16 ans?

Publié le par comet

(Publié sur Marianne) On savait la commission jeunesse victime d'une taupe et de chahuts. On imaginait pas que les conclusions du Haut-commissaire multifonctions puissent se tourner vers une telle proposition. Contacté par nos soins, Martin Hirsch ne souhaite pas faire de commentaires.

« Couteau suisse » a encore frappé ! Faire travailler les jeunes de moins de 16 ans : c'est la dernière trouvaille de Martin Hirsch. Enfin, c'est ce que laissent supposer les « interrogations » formulées par la commission Hirsch sur la jeunesse. Une commission qui travaille dans l'ombre depuis trois mois et qui semble traversée par de nombreux désaccords

En effet, dans une version préliminaire du livret vert que nous nous sommes procurée, le Haut commissaire laisse entendre qu’il faut « supprimer les barrières d’âge qui ne se justifient pas ». En l’occurrence, Martin Hirsch a demandé aux services du secrétariat général du gouvernement d’établir une liste des « limites juridiques en fonction de l’âge dont la justification n’est pas évidente ».   

Et d’y aller de la précision suivante : « Par exemple, il convient de se demander pourquoi il est interdit d'employer des jeunes travailleurs âgés de moins de seize ans aux étalages extérieurs des commerces de détail (...) » ou encore, « (pourquoi) il est interdit d'employer les jeunes travailleurs âgés de moins de dix-huit ans aux travaux d’abattage des animaux dans les abattoirs ».  

Contacté, le Haut-commissaire ne souhaite faire aucun commentaire. 

Décidément, Martin Hisrch fait preuve d’une ingéniosité sans commune mesure pour résoudre les problèmes des jeunes. Une ingéniosité qui trouve ses limites dans le droit du travail. Car si l'idée de départ qui consiste à réfléchir sur les barrières d'âge semble intéressante, il parait néanmoins farfelu de permettre à des jeunes de moins de 16 ans d'entrer sur le marché de l'emploi. Réponse le 23 juin.  

Retrouvez cet article sur le site de Marianne 

Publié dans Articles Marianne

Commenter cet article