Front de gauche: «On a réussi à créer une alternative au parti socialiste»

Publié le par comet

(Publié sur Marianne) La péniche quai de la gare s'anime avec les résultats qui se confirment. L'heure est à la victoire avec 4 ou 5 élus. Des jeunes, des vieux, tout le monde se rassemble dans la bonne humeur.

La péniche tangue, les militants affluent, les « camarades » du Front écoutent les leaders à la télévision... C'est bien orchestré, d'un coté, Marie-George Buffet prend la parole sur TF1, on applaudit. De l'autre, Mélenchon pousse son coup de gueule sur France 2, on l'écoute religieusement. « Si les résultats se confirment, c'est bien au-delà de nos espérances », nous confie un militant du parti de gauche. Des espérances fixées au score réalisé il y a 5 ans, c'est-à-dire trois élus.

Et quand Martine prend la parole...
Sur les quais, on agite les drapeaux, la déroute du PS est constatée comme une victoire idéologique, celle de la rupture avec la sociale-démocratie. Ça commence à chanter et ça parle fort, on se réjouit. Et soudain, le silence se fait. Martine Aubry va prendre la parole. La péniche se remplit de nouveau. On écoute attentivement la leader du parti socialiste.« Nous ne sommes pas crédibles » affirme-t-elle. Les militants de la péniche acquiescent.

Et puis Marie-George Buffet arrive, c'est l'attroupement sur les quais. Il lui faut plus d'un quart d'heure pour enfin accéder au bateau. La nuée de journalistes fait barrage. A l'intérieur, on s'impatiente en suivant les débats télévisés et on trinque. « Une campagne difficile à mener » avouait Jean-Luc Mélenchon vers 18h, il ne connaissait pas encore les résultats. « Un désastre pour les sociaux démocrates de France et d'Europe », nous confiait un militant du Front de gauche. « Reste maintenant à rassembler toute la gauche », poursuivait-il. Il n'empêche, une énième question se pose encore, la gauche sans le modem n'est qu'à 45%. Alors toute la gauche, c'est jusqu'où ? 

Retrouvez l'article sur le pari gagné de Jean-Luc Mélenchon sur Marianne 

Publié dans Articles Marianne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article