L’Europe va « tuer » Barnier. Et les producteurs en même temps.

Publié le par comet

(Publié sur Marianne) Des producteurs de lait qui continuent à se mobiliser. Un ministre en position de faiblesse à l'approche des élections européennes et un accord dont la durée de vie est plus que limitée étant donné qu'il ne résout pas les problèmes de fond. Rendez-vous après les européennes ?

(Caricature de Louison - http://louison-et-les-crayons.blogspot.com/)
 
« Ce n’est pas satisfaisant pour les producteurs. » En Auvergne, le message est clair, la mobilisation continue. D’ailleurs, une usine Lactalis a été bloquée par les laitiers jeudi. La raison : un prix du lait proposé en de ça des 280 euros, le prix du compromis pourtant négocié dans le cabinet du ministre Barnier mercredi dans la nuit. Mais comment est-ce possible ? 

Un compromis qui n’en est pas un
Dans l'accord obtenu à l'arraché par les médiateurs de Barnier et Lagarde, « il y a une clause de restriction qui permet à certains industriels d’acheter le lait 5 à 10 euros en dessous du prix négocié » explique un agriculteur… Donc à 270 euros, soit seulement 1 euro de plus que le prix initialement proposé par les industriels. Du côté du cabinet de Michel Barnier, on botte en touche avec une rengaine devenue récurrente: « ce n'est pas le Ministère qui fixe les prix et ce n'est pas lui qui a signé l'accord ! ». Certes, mais l'accord a néanmoins été signé rue de Varenne...  

Candia : tout dans la com’, rien dans les actes

Et dans la catégorie industriel qui se moque du monde, voici venu Candia, du groupe Sodiaal, le plus important en France. Il faut ce qu’il faut pour vendre. Alors, Candia prétend se mettre du côté des petits producteurs de lait en communiquant à grands renforts de publicités à la gloire des laitiers du Massif central. Du côté des producteurs de lait d'Auvergne, c'est un autre son de cloche. « Les prix qu'ils pratiquent sont exactement les mêmes qu'ailleurs. D’ailleurs, on n'a pas du tout été associés à  cette initiative ». Contactée, la société Candia n'a manifestement pas souhaité nous répondre.  

Retrouvez la suite de cet article sur le site de Marianne

Publié dans Articles Marianne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article