Nationalisation: Obama lance la Régie Nationale des Usines GM

Publié le par comet

(Publié sur Marianne) General Motors en faillite ? Ce n'est plus un rêve mais une réalité pour les obligataires créanciers adeptes du «Prends l'oseille et tire-toi !». Une réalité aussi pour le gouvernement américain qui aurait décidé de nationaliser GM en prenant 70% des parts de la nouvelle entité.
 
La faillite de General Motors est actée. Elle devrait « officiellement » être annoncée dans les jours qui viennent, en raison de l'échec des négociations entre la direction de l'entreprise et les obligataires créanciers, manifestement peu intéressés par l'offre qui leur avait été faite de renoncer à leurs obligations en échange d'une participation en actions dans le futur GM. Une situation d'impasse qui va conduire à la faillite puis à la nationalisation du géant américain de l'automobile. 
 
En effet, le gouvernement envisage une participation à hauteur de « 70% du capital du nouveau GM ».Initialement prévue à 50%, la part des pouvoirs publics américains s’est accrue afin de rassurer le syndicat UAW (United Auto Workers) qui préférait réduire sa participation : elle passe de 39 à 17,5%. Selon les Echosle syndicat aurait obtenu des avantages en contrepartie, à savoir : « 6,5 milliards de dollars d’actions préférentielles avec dividende annuel de 9% et une créance de 2,5 milliards de dollars remboursable jusqu’en 2017 ».  
 
Le hold-up des obligataires créanciers 
Si les obligataires créanciers ont refusé d’échanger leurs obligations contre une participation en actions dans le nouveau GM, c'est pour toucher les assurances qui les protégeaient contre le défaut de paiement de General Motors. Une opération beaucoup moins risquée que l’entrée au capital d’une entreprise dont la survie à moyen terme n'est pas assurée, et qui devrait leur rapporter immédiatement près de 2,4 milliards de dollars.

Retrouvez la suite de cet article sur Marianne 

Publié dans Articles Marianne

Commenter cet article