Le RSA : Hirsch bluffe, les médias valident

Publié le par comet

(Publié sur Marianne) Ouf ! Une semaine avant l'entrée en vigueur du RSA, Hirsch peut enfin s'appuyer sur le rapport final d'évaluation des expérimentations du dispositif... Mais n'en déplaise aux médias et à celui qui se défend de manipuler les chiffres, ce rapport est sans appel, les effets du RSA sont quasi inexistants sur le retour à l'emploi.

Quand les médias servent la soupe au gouvernement
« RSA: un effet favorable sur l'emploi », c’est ainsi que le journal d’Etienne Mougeotte salue la publication du rapport final sur l’évaluation du RSA le 22 mai dernier. Que Le Figaro relaie la propagande gouvernementale, c’est une chose. Mais à faire un tour rapide de la presse nationale, on se rend rapidement compte que Libération en fait de même, « Le RSA devrait faire baisser la pauvreté », ainsi queLe Monde , légèrement moins emballé certes, « Le RSA aurait un léger effet positif sur le retour à l'emploi ». Mais que se passe-t-il donc dans ces rédactions pour qu’elles se refusent à tirer les constats de l'expérimentation du RSA sur le retour à l’emploi, pourtant très loin d'être unanimes ? 

RSA : la Réforme qui Sert « toujours » À rien
Dans un précédent article , nous expliquions en quoi les résultats présentés étaient trompeurs, d’une part parce que le RSA ne permet pas de retrouver un emploi durable, constat lui-aussi durable à en lire le dernier rapport – moins d’un tiers des emplois retrouvés sont des CDI ou des CDD de plus de six mois – et d’autre part parce qu' « il y a probablement un recours plus important aux temps partiels », dixit le Haut-Commissaire multifonctions Hirsch lui-même. 

Autre constat du rapport, perçu comme positif par le gouvernement et les médias : l’effet du RSA au-delà du douzième mois... L'explication est simple, le dispositif RSA est sans limitation de durée, contrairement au RMI. Autrement dit, le dispositif RSA pérennise une subvention à durée indéterminée  de l'emploi à temps partiel ou de l'enchaînement d'emplois précaires. Un peu paradoxal pour une mesure censée lutter contre la pauvreté. D’ailleurs, le rapport souligne : « Pour sortir de la précarité, les bénéficiaires aspirent donc à trouver un emploi durable et à temps plein (…).  Ils espèrent ainsi sortir de l’incertitude et de l’irrégularité des ressources. ». La mesure RSA produit tout le contraire. Elle permet d'assister un peu plus des patrons qui pourront désormais se servir de ce dispositif comme un instrument supplémentaire de flexibilité sur les salaires de leurs employés. Des employés qui ne sauront par conséquent jamais vraiment de combien sera le complément de salaire... 

Retrouvez la suite de cet article sur le site de Marianne 

Publié dans Articles Marianne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article