La religion de Bébéar, c'est le voile chez Ikéa

Publié le par comet

(Article publié sur Marianne) Un petit guide sur la diversité religieuse pour promouvoir la lutte contre les discriminations. Une opération de com' rondement menée par Bébéar et ses copains (Bolloré, Mestrallet, etc...).


IMS Entreprendre pour la Cité est une association d'entreprises   sous la présidence de Claude Bébéar , « courageusement » secondé par Vincent Bolloré. « Sa mission est d'aider ces entreprises à bâtir des démarches d'Engagement Sociétal véritablement en phase avec leurs enjeux et les attentes de la société (...) ». La dernière trouvaille en date de l'association pour venir en aide aux entreprises, c'est un « guide pratique » pour « Gérer la diversité religieuse ». 

« L'innovation sociale est en marche »
Les « principes de laïcité et de neutralité ne s'appliquent pas dans le cadre de l'entreprise privée ». Voilà qui explique pourquoi les initiateurs de ce guide affirment : « Nous, on encourage les entreprises à aller au-delà du cadre légal ». On l'aura compris, le volontarisme est de mise. Mais les entreprises font la sourde oreille quand on leur parle de diversité religieuse, apprend-on. « Elles ont peur ! ». Il s'agit donc de prendre les devants, Bébéar est un habitué de la chose, il avait notamment adressé un recueil de 21 propositions au commissaire Sabeg  quelques semaines avant la publication de son rapport sur la diversité.


« On a travaillé avec des sociologues, on a regardé ce qui se faisait au niveau international. (...) Ce guide est un outil pour créer le dialogue et proposer des pistes d'action. (...) Dans l'immense majorité des cas, les demandes religieuses sont très compatibles avec la vie de l'entreprise. ». Ouf ! Et il n'en fallait pas moins pour affirmer que dans la gestion de la diversité religieuse, Ikéa était en pointe. Par exemple, « Ils ont fait un voile Ikéa ! C'est conforme à la diversité, c'est conforme à la vie de l'entreprise...». Car bien évidemment, la diversité religieuse en entreprise est possible à force de concertation, même si « l'intérêt de l'entreprise doit toujours être la priorité. »

Retrouvez la suite de cet article sur Marianne 

Publié dans Articles Marianne

Commenter cet article