Les chiffres qui dérangent de l'immigration illégale ?

Publié le par comet

(Publié sur Agoravox et repris par Vendredi) Frontex est une agence Européenne qui a pour mission de lutter contre l’immigration illégale aux frontières de l’Europe et qui publie chaque année un rapport sur son activité. Décryptage des chiffres annoncés qui ne collent pas toujours avec ce qu'on entend.
Un bateau de clandestins au large de l'Italie (photo : rais 58 - Flickr - cc)

Le rapport sur l'immigration dont personne ne parle
Besson n'en finit plus d'annoncer des chiffres dans toutes ses interventions. Des chiffres dont il est souvent impossible d'en vérifier la véracité. Nous avons trouvé un rapport européen qui annonce des chiffres clairs et précis, et parfois très éloignés des annonces gouvernementales. Une chose est sûre, les informations délivrées par cette agence de l'Union européenne ne laissent pas indifférent. 

Des chiffres qui divergent entre Frontex et Sarkozy
Dans son rapport 2007, Frontex a recensé 163 903 entrées illégales en Europe. Un an plus tard, en 2008, ce chiffre est de 175 000, soit une hausse de 9% sur une année, mais essentiellement due à une augmentation des interceptions en mer aux larges de l’Italie et de la Grèce. Précision qui a son importance, Frontex prétend se fonder sur des données fournies par les Etats membres pour établir ces chiffres.
En France, on a ainsi détecté 5 748 entrées illégales, soit 3,5% du nombre total des entrées illégales en Europe. On est très loin des chiffres évoqués par Sarkozy en 2006. Alors ministre de l'Intérieur, il prétendait qu'entre 80 000 et 100 000 clandestins entraient sur le territoire national chaque année. Un chiffre 15 fois plus important que celui qui nous est rapporté par Frontex.

Et pourtant, dans une feuille de route datée du 7 avril dernier, le Président appelait M. Besson au renforcement de cette agence européenne. Une agence qui conclue justement : « Comparé à 2007, les données d'Etats membres suggèrent que le nombre de personnes séjournant illégalement dans l'UE a augmenté d'environs 15 %. (…). En tête, les chiffres de la France (81 200) et de l'Espagne (77 000), qui représentent 40 % de toutes les détections et qui enregistrent la plus grande augmentation entre 2007 et 2008. ». 
Autrement dit, la France détecte autant de sans-papiers que l’Espagne. Or, « la situation géographique de l’Espagne, “porte d’entrée” de l’Afrique, explique ce phénomène (l’immigration illégale) », comme en témoigne une note du centre Robert Schuman, un centre de recherche sur les questions européennes. Mais peut-on en dire autant de la France ? En effet, comment se fait-il que les chiffres de la France soient plus importants que ceux de l'Espagne alors qu'elle est nettement moins exposée, compte tenu de sa situation géographique.

Le ministère de Besson botte en touche
Contactés, les services du ministère de l’Immigration et de l’Identité Nationale  relativisent : « la différence entre la France et l'Espagne n'est pas si grande... ». D'ailleurs, on ne semblait pas vraiment au courant des chiffres annoncés dans ce rapport avant notre appel. « Les chiffres de Frontex, ils ne sont pas représentatifs de la réalité de chaque pays. Chacun compte différemment. ». 
Et Frontex alors, ça sert à quoi ? « C’est très utile ! » s’empresse-t-on de nous répondre. Ouf ! Le budget de l’agence a presque été multiplié par 4 en deux ans, c’eut été dommage qu’elle ne serve à rien ! Alors on persiste, on essaie de trouver une utilité à ces rapports remis chaque année sous l’égide de cette agence européenne dont le Président nous dit qu'il faut la renforcer.   

Donnent-ils une vision globale de l’immigration sur l’ensemble du territoire européen ? La réponse fuse : « Non. Bien évidemment les chiffres sont fiables, mais ils ne permettent pas d’affirmer quoi que ce soit, on en peut pas en tirer des conclusions globales, tous les pays européens fonctionnent différemment ! ». Voilà donc une agence européenne qui annonce des chiffres, établit des rapports, coordonne les politiques d'immigration illégale entre l'ensemble les pays européens, mais dont on ne peut tirer aucune conclusion...  
On l’aura compris, au ministère de l’Identité nationale, la cohérence veut qu'on ne compare pas des chiffres « fiables » mais qui ne signifient rien… A bon entendeur.

 

Publié dans Agoravox

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article